L'INNOCENT DU VILLAGE

Publié le par Marie-Hélène

Pauvre hère tourmenté

Par sarcasmes des hommes,

L’Innocent du village,

De son sourire rayonne.

Il s’amuse d’un rien,

Chassant même les abeilles,

Court à travers les champs,

Et de tout s’émerveille.

L’infortuné jeune homme,

Incompris, solitaire,

Rêve pourtant d’amour,

Plus souvent qu’à son tour.

Il porte un lourd secret,

Celui d’être amoureux,

De la fille du Notaire,

Si chère à ses yeux.

Se pourrait-il qu’un jour

Elle tourne le visage,

Vers celui que l’on surnomme,

L’Innocent du village ?

Pour elle il se consume,

D’amour et d’espérance,

Rêve de son corps frêle,

Et brule d’impatience.

Alors il s’aventure

Par-devant sa demeure,

Cette fois tête haute

Bras ballants, bouche en cœur.

Ce soir, il l’aperçoit juste devant sa porte,

Il ose quelques pas, c’est l’amour qui le porte,

Mais la belle prestement déjà tourne talons,

Laissant le misérable prostré, à l’abandon.

Alors le pauvre hère

Se résigne et s’éloigne,

Reprenant lentement

Son chemin de campagne.

L’espoir est désormais,

Sa seule victuaille,

Car un jour il le sait,

Franchira les murailles.

Alors elle sourira,

S’approchera de lui,

Le prendra par la main,

Pour l’écouter enfin.

Il ne subira plus quolibets et sarcasmes,

Se livrera ainsi, amoureux sans bagages,

Il prouvera aussi à ces hommes idiots,

Que même un innocent peut séduire un joyau.

Marie-Hélène COPPA

L'INNOCENT DU VILLAGE

Publié dans Poèmes

Commenter cet article

Elisa Galam 17/02/2016 17:22

Très beau texte Marie-Hélène qui me fait penser à quelqu'un.

G.piegay 10/02/2016 21:31

Une véritable trouvaille...un joyau...le message est si beau...

Marie-Hélène 10/02/2016 21:48

Merci Gislaine